Powered by Cabanova
Le 12 février 1978, disparaissait mon cousin germain, Auguste Le Guellec, lors de son dernier séjour à la villa « A Quinta » à Beaulieu sur Mer (06), sur la Côte d’Azur ou l’affairisme immobilier est roi, comme chacun le sait. (Affaire Renard, affaire Leroux avec l’avocat Agnelet). Une information est ouverte le 15.02.78, une autopsie est ordonnée mais non communiquée à ce jour à la famille bretonne du défunt. Le décès est pourtant considéré suspect. Il n’a pas de descendant, il est malade. Sous sauvegarde de justice (avril 1977), son épouse germaine Mazières Mignet, veuve Diard d’un premier mariage (1888-1883) est hors d’état de manifester sa volonté. Elle est mise en tutelle (en avril 1978). Elle souffre des maladies de Parkinson et d’Alzheimer. La famille bretonne du défunt ne sait pas où et comment elle a fini sa vie Nous savons qu’ils sont enterrés, à la sauvette, loin de leur Bretagne, à Vaux le Pénil, près de Melun, par la famille Gay de Vernon, co-administrateur des Sociétés impliquées dans le décès. Voisins immédiat du vieux couple à l’époque du décès, ils se prétendent seuls et uniques héritiers du défunt, Auguste Le Guellec et son épouse aidés par le notaire nommé, Maître Jardillier à Nice et l’administrateur nommé, (en 1981) Denape, (successeur Révélli, le Corse, en 1990). C’est pourquoi la succession a attendu le début de 2009 pour être enfin évoquée, au fond, devant le Tribunal de Grande Instance niçois. L’aide judiciaire m’est accordée, à moi, cousine germaine du défunt, au correctionnel avec avis favorable en 1983. En effet, je suis l’héritière de sang de mon cousin germain, conformément à la loi des successions du 3 janvier 1972. Le domicile principal des défunts est bien le manoir de Roz Tréfuntec à Plonevez Porzay. Les autorités locales (Mairie de Nice, Mairie de Plonevez-Porzay), savent qu’il s’agit d’une succession où les règles de protection des majeurs incapables doivent jouer : mesures conservatoires de leurs biens. Pourquoi alors cette réputation d’abandon et ce vandalisme dénoncé par le Ministère de la culture qui a jugé le jardin et l’immeuble digne d’être inscrit sur la liste supplémentaire des monuments historiques : Arts Contemporains ? Ce manoir, c’est l’œuvre d’un prix de Rome d’Architecture -Monsieur Barbera- et les jardins dont les plans sont commandés à la SICA du Nord Finistère, sont dessinés par l’architecte paysagiste, Monsieur Voge. Les terrains achetés par le couple fin 1971 chez le notaire de Plomodiern (29550) Maître Jean-Yves le Doaré, ont été payés comme la réalisation du manoir et ses 11 hectares de jardin, bois et prés sur la baie de Douarnenez par la Société Anonyme, « La Foncière de Gestion » (37, rue des Mathurins, Paris 8ème), où Le Guellec est l’actionnaire principal et Christian Gay de Vernon, son fondé de pouvoirs, le liquidateur au décès en cause. Que deviennent les avances suisses de 1973 à 1977 sur les avoirs bancaires de Le Guellec dans ses Sociétés qui ont permis la construction du manoir en question sans que les Suisses prennent des garanties ? Et la succession est déficitaire ? Et Maître Jean-Yves le Doaré devient un simple particulier débiteur d’Auguste Le Guellec pour le prix d’achat des terrains ? La vacance d’une succession depuis 30 ans ne se justifie pas du point de vue géographique, historique et juridique. Roz Trefuntec est à 10 km à vol d’oiseau de l’Ile Longue. Nous défendons les arrières de la Rade de Brest. Auguste Le Guellec, en tant que polytechnicien a participé à l’aventure aéronautique (Latécoère, Marcel Dassault, continuant les efforts du Breton Jean-Marie Le Bris, premier homme volant qui a sa stèle à Tréfuntec et dont la « Barque Ailée » s’est envolée à 30 mètres au-dessus de la plage de Sainte Anne La Palud. L’Albatros a suivi entre 1856 et 1868. La Marine Impériale de Napoléon encourageait le Breton. L’épouse d’Auguste Le Guellec, sa veuve, née Germaine Mazières-Mignet est apparentée à Henri Mignet qui a continué les travaux de Jean-Marie Le Bris avec son Pou du Ciel. Il a donné son nom à une rue de Saint Romain du Benet, près de Royan. Trefuntec c’est aussi un haut lieu de l’histoire du catholicisme. Le dernier dimanche d’août se tient le célèbre pardon à la chapelle de Ste Anne La Palud, fréquenté bien sur par la famille Le Guellec et les Gourlaouen, ses alliés, (mareyeurs et usiniers) connus à Douarnenez. Trefuntec c’est aussi le pays du premier évêque constitutionnel, Le Coz qui a sacré Bonaparte, le 2 décembre 1804 à Paris, empereur des français. Un aïeul des Le Guellec-Gourlaouen, le nommé Mocquard, cousin par sa mère du comte Bussy-Rabutin, parent de Madame de Sévigné, rédacteur en chef du journal « Le Commerce » sous le roi bourgeois, Louis Philippe (1830-1848) a défendu les intérêts napoléoniens. Notre grand-père Guillaume Le Guellec, époux de Joséphine Gourlaouen est né en 1847. il a été marin de la Royale dès ses 14 ans. Auguste Le Guellec, son petit fils comme moi, Marie-Louise Le Guellec, sa petite fille qui habite toujours le manoir de Roz Trefuntec depuis la fuite du maire de Nice, Jacques Médecin, fin 1990, défendons les intérêts de notre Bretagne. Mon cousin, dans « La Tribune de l’Ouest », mensuel édité en 1976 par ses Sociétés Quimpéroises telle, « l’imprimerie Cornouaillaise », à la demande de l’Evêché, se devait de transformer la presse catholique libérale du Finistère. Qu’est-ce que la modernité républicaine de 1978, 20 ans après la rédaction de notre constitution, le 4 octobre 1958 ? Que représente la Vème république pour les femmes et pour les incapables ? Voir l’article 1 de cette constitution du 4 octobre 1958 qui reprend l’article 6 de la Déclaration des Droits de l’homme du 26 août 1789. La succession du Breton, brillant polytechnicien et boursier de la République n’a pas été liquidée par le notaire niçois, Maître Jardillier, pendant 30 ans ! Les règles de protection des majeurs incapables (la veuve d’A. Le Guellec, née Germaine Mazières 1888-1983, la tante du défunt, Virginie Le Guellec, veuve Louis Riou, ma mère, 1889-1986) sont violées et par l’administrateur et par le notaire. Le grand capital représenté par les Sociétés en question a pris la direction de la Suisse avec l’aide du notaire et de l’administrateur et des Gay de Vernon pour favoriser une évasion fiscale au moyen de la vacance de la succession en question. Nice, est bien le dernier comté rattaché à la France en 1860. Ce comté, alors, est-il anti-républicain ? ou bien est-ce le Finistère ? A la différence des veuves Le Guellec-Mazières, Le Guellec-Riou, Madame Gay de Vernon, épouse et veuve du co-associé du défunt A. Le Guellec, a bénéficié des mesures de protection des incapables majeurs à Lyon : par jugement du Tribunal d’Instance lyonnais du 19 décembre 1991, sa fille, Madame Dubois, mon adversaire à Nice, le 3 mars 2009 était nommée tutrice de sa mère, née de Larré de la Dorie à Limoges en 1910, décédée à Lyon en 2006. Marie-Louise Riou, Le Guellec Veuve Goyat, (officier de transmissions Indochine) Licenciée en droit (Paris 1951) Arrière grand-mère de 4 petits garçons
L'historique :
- Accueil
- L'homme
- L'historique
- Son décès
- Discrimination
- Viol des tutelles
- Illustration
- Vandalisme
- Viol des lois
- Traditions
- Nature
- Aviation
- Livre d'or
- Contact
Banner COM